Click Here for English Site

CHSLD: Hausse de la médicamentation des aînés (démence)

La médication a souvent été une réponse aux troubles cognitifs chez les aînés en RPA, RI et CHSLD. Devant des troubles comportementaux ou des périodes de démence, engourdir le patient facilite la vie du personnel soignant. En 2021-2022, une étude préliminaire montre une augmentation de plus de 23% de l’utilisation de la médicamentation utilisée en CHSLD. Une réponse directe aux deux dernières années, au manque de personnel, à la fatigue de celui-ci et aux comportements perturbateurs plus nombreux à la suite de l’isolement des aînés.

Évidemment, le Centre Montessori Alzheimer s’oppose fermement à la médicamentation lorsqu’elle a comme unique but de calmer des comportements perturbateurs. Des solutions pour diminuer ces comportements existent. Les mettre en application permet aussi de contrer la hausse de médicamentation des résidents aînés atteints de troubles cognitifs.

L’utilisation de médicaments pour réduire les symptômes de démence des résidents en CHSLD

Certains médicaments comme des antipsychotiques sont régulièrement prescrits dans un contexte de maladie neurocognitive (Alzheimer, Parkinson, maladie à corps de Lewy), de démence ou d’autres troubles cognitifs. Ils servent à soulager certains comportements perturbateurs ou agressifs dans le but de faciliter les soins des résidents aînés. Malheureusement, leur utilisation augmente, sans pour autant avoir des besoins augmentés. Souvent le fruit de la fatigue, du manque de personnel, de ressources ou de formations en lien avec les troubles cognitifs. La médication devient l’option facile, mais non pas la meilleure!

La méthode Montessori : solution aux comportements perturbateurs des aînés atteints de troubles cognitifs (démence, Alzheimer, Parkinson, maladie à corps de Lewy, etc.)

Comprendre l’aîné et tisser des liens avec le résident est la première étape. En comprenant l’histoire et le passé de la personne atteinte de troubles cognitifs, il est possible d’améliorer sa condition de vie. Malheureusement, les comportements perturbateurs souvent uniquement attribués à la démence sont souvent plutôt liés à des désirs non comblés de l’aîné. Ainsi, un aîné en période de démence dont on ne comprend pas les besoins initiaux peut se montrer colérique ou même agressif envers le personnel soignant. De cette manière, la scène se reproduit tous les jours et épuise le personnel. On décide alors de le médicamenter, sans jamais trouver la source du problème. Le résident se retrouve rapidement dans un état presque végétatif à cause de la médicamentation offerte. C’est d’ailleurs le cas dans l’histoire de M. Gagnon, un aîné Alzheimer qui faisait de l’errance et irritait un étage complet. Le personnel débordé trouve cette solution plus simple, mais avoue qu’il ne connait pas réellement d’autres options qui réduirait les périodes de démence de leur résident Alzheimer.

Formation Montessori en CHSLD pour diminuer les comportements perturbateurs de la démence

Le Centre Montessori Alzheimer offre des formations aux professionnels de la santé individuellement qui travaillent en gériatrie, mais aussi aux résidences et CHSLD qui le désirent pour mieux accompagner les aînés atteints de troubles cognitifs. Ces formations permettent d’améliorer le milieu de vie des résidents et diminuer aussi la charge de travail du personnel soignant.

C’est en appliquant des gestes simples de la méthode Montessori qu’on peut faire d’un CHSLD, un milieu de vie accueillant. S’offrir une formation en troubles cognitifs au Centre Montessori Alzheimer, c’est aussi offrir une meilleure qualité de vie en CHSLD. Devant une hausse assurée des cas de démence au Canada, il faut commencer maintenant.