NOUVELLES FORMATIONS PRINTEMPS 2019! INSCRIVEZ-VOUS RAPIDEMENT!

Retrouver le sourire quand on vit avec des troubles cognitifs

Percevez-vous la maladie comme une perte d'identité et d'individualité TOTALE de la personne ?

Troubles cognitifs

Dans son livre « Le mythe de la maladie d'Alzheimer », l'auteur Peter Whitehouse nous propose une redéfinition et une reconstruction de notre langage face à la maladie.

Selon lui, nos perceptions de celle-ci influencent non seulement notre façon de les traiter et de les approcher, mais aussi d'aller au-delà du mythe standard de la maladie d'Alzheimer.

Encore, selon l'auteur, les modifications cérébrales attribuées à la maladie « nous donnent peu de raisons d'affirmer qu'une identité a été détruite ou perdue, et ne fournissent certainement pas de justification pour cesser de les comprendre, de les impliquer, de les inclure dans nos propres vies et dans notre société ». (p.57, livre Le mythe de la maladie d'Alzheimer, Thomas Whitehouse, Daniel George)

Voici des exemples concrets de l'application de la méthode Montessori et des résultats atteints dans une résidence privée où j'ai introduit la méthode depuis novembre dernier.

Sur 7 résidents, 2 ont été diagnostiqué niveau léger et modéré et les 5 autres possèdent un niveau cognitif plus fonctionnel. Le but essentiel de la méthode Montessori est de leur offrir une meilleure qualité de vie, dans le respect la dignité et de l'égalité, de renforcer et de maintenir leurs capacités existantes, et de favoriser des relations plus enrichissantes avec les autres résidents et le personnel. Comme c'est souvent le cas, les résidents, avant mon arrivée, passaient une grande partie de la journée, soit devant la T.V. ou seuls dans leurs chambres.

À la suite de discussions avec la famille et les résidents, les activités proposées aux résidents reflètent leurs intérêts, leurs habiletés personnelles et ont comme objectif d'améliorer les compétences de ceux-ci afin de leur rendre plus autonomes et de favoriser chez eux un sentiment d'appartenance.

En voici quelques-unes :

  • Participation hebdomadaire à la préparation des repas : nettoyer et couper les légumes pour les salades et les soupes ou accompagner la préposée dans le choix des menus ;
  • Collaborer dans le pliage et la distribution des vêtements lavés ;
  • Préparer et distribuer la collation à chaque résident ;
  • Une activité intergénérationnelle a lieu presque chaque semaine entre la résidence et le camp de vacances avec des jeunes de 8 à 10 ans : casse-tête, jeux de poche, jeux de mémoire, etc.

Les résultats (surtout chez ceux diagnostiqués) :

  • Amélioration des capacités motrices fines/la préhension
  • Amélioration des aptitudes de concentration sur la tâche ;
  • Renforcement de la coordination œil-main
  • Accroissement de l'amplitude des mouvements ;
  • Amélioration des échanges sociaux.

Pour une des 2 personnes diagnostiquées, la présence des jeunes éveille chez elle une plus grande expression de ses sentiments (le résident en question était arbitre pendant plus de 20 ans auprès des jeunes) et un meilleur engagement social.