Click Here for English Site

L’arrivée des Baby-Boomers en RPA, RI et CHSLD

Au Québec, on estime qu’environ un Baby-Boomer sur 5 souffrira d’un trouble cognitif. D’ici 2050, ça représente environ 360 000 québécois(e)s qui vivront avec un trouble neurocognitif. C'est donc une hausse de 145% pour les années à venir. Déjà en pénurie de personnel, les RPA, RI et CHSLD feront littéralement face à un raz-de-marée de nouveaux résidents avec ou sans trouble neurocognitif. C’est pourquoi il est important de se préparer à l’arrivée des Baby-Boomers en milieu de soins pour aînés. C’est le bon moment pour restructurer les résidences et d’apprendre les méthodes mieux adaptées à cette nouvelle réalité. Une approche plus humaine que le Centre Montessori Alzheimer peut vous aider à mettre en place!

Prévenir, diagnostiquer et retarder le développement des troubles cognitifs des Baby-Boomers

Avant même de parler des effets de l’arrivée des Baby-Bommers dans les milieux de vie pour aînés, il faut rappeler qu’il est possible d’améliorer la situation. La prévention de la maladie neurocognitive pourrait permettre de retarder le développer des troubles cognitifs. En retardant son développement, l’entrée en résidence pour aînés pourrait, elle aussi, être repoussée. Le raz-de-marée deviendrait plutôt une longue vague qui s’étalerait sur plusieurs années qui rendrait la situation plus soutenable. Les maladies neurocognitives comme l’Alzheimer, le Parkinson ou encore la maladie à corps de Lewy peuvent être retardées par de saines habitudes de vie, mais aussi le maintien d’une vie sociable et active. En effet, un aîné qui reste actif, fait de l'activité physique, entretien des rapports sociaux et stimule son cerveau régulièrement verra moins rapidement les effets d'une maladie neurocognitive. Malgré la prévention, les troubles neurocognitifs feront tout de même leur apparition chez des milliers d’aînés. Il est donc important que le personnel et les gestionnaires des résidences pour aînés s’y préparent. Le mieux qu'on puisse faire, c'est de former adéquatement son personnel dans des approches moins invasives, plus humaines et permettant un meilleur moral autant chez le résident que le personnel.

Préparer les résidences pour aînés et les CHSLD à l’arrivée des Baby-Bommers en milieux de soins pour aînés (RPA, RI et CHSLD)

Dans les prochaines années, les troubles neurocognitifs et les symptômes de démence feront, plus que jamais, partie du quotidien du personnel des résidences pour aînés. Une formation adéquate en approche Montessori des troubles neurocognitifs, avant l’arrivée en grand nombre des Baby-Boomers, pourrait ainsi permettre d’éviter des départs d’employés à bout de souffle. Ce type de changement ne doit pas être effectué au moment le plus crucial, mais bien avant afin d'avoir les outils pour mieux affronter les remous. C’est ce que le Centre Montessori Alzheimer propose en formant des résidences pour aînés à changer complètement leur approche en s’inspirant de Montessori. Malgré l’évidence du vieillissement de la population et le nombre impressionnant de résidents à venir, il est donc possible de se préparer à l’arrivée des Baby-Boomers dans les milieux de vie et de soins pour aînés.

La résidence pour aînés… Un milieu de vie qui doit être pensé pour les Baby-Boomers

Terminé le Bingo! La résidence pour aînés doit donc être repensée afin de devenir un réel lieu de vie pour les Baby-Boomers. Un endroit où l’autonomie du résident est mise de l’avant afin de simplifier le travail des intervenants et rendre la vie plus agréable pour tout le monde. Un endroit où les activités organisées font réellement du sens dans la vie de l'aîné. Le Baby-Boomer aura généralement une meilleure connaissances technologique que les générations qui le précédaient. Il aura aussi probablement vécu une vie beaucoup plus active que celle de nos ancêtres. Les RPA auront affaire à des résidents qui auront voyagé, mangé dans de bons restaurants, plus libres financièrement et avec des exigences élevés en terme de qualité de soins. C'est pourquoi l'adaptation des milieux de vie passera autant par l'amélioration des lieux physiques que l'ambiance qui y sera dégagée. 

Préparer les proches aidants pour les aînés Baby-Boomers atteints de troubles neurocognitifs

Nombreux seront les Baby-Boomers qui décideront de rester à domicile le plus longtemps que possible. Conscients des soins qu'on reçu leurs proches en CHSLD, l'aîné de demain voudra garder son autonomie... Le plus longtemps que possible! Des services de soins à domicile sont disponibles, mais qu'en est-il des proches aidants qui devront aussi accueillir ce nouveau rôle dans leur vie? Le Centre Montessori Alzheimer apprend aux proches aidants à maintenir l'autonomie de la personne atteinte de troubles neurocognitifs. Conjoint(e)s, fils, fille, soeur ou frère, nombreuses sont les personnes qui prendront sous peu le rôle de proche aidant. Devant la pénurie de personnel en santé, ceux-ci deviendront des alliés importants pour le maintien de la qualité de vie de leurs proches malades.

Actuellement, le personnel soignant s’épuise à tenter de prendre en charge la totalité de la routine quotidienne des résidents. La surutilisation de la médicamentation pour calmer les comportements perturbateurs de la démence n'est pas la solution. C’est donc tout un changement de mentalité que d'apprendre à une équipe à accompagner les résidents dans le maintien de leur autonomie. Les RPA, RI et CHSLD doivent subir une cure de jeunesse avant l'arrivée des Baby-Boomers en milieux de vie pour aînés. Et pour ça, les professionnels du Centre Montessori Alzheimer peuvent vous aider!

 


Laissez un commentaire